© 2019 Association Grains d'Artistes

  • Facebook Clean
Pierre-Louis Albert

MOTEUR !

du samedi 11 janvier au samedi 20 juin 2020
vernissage le 11 janvier de 18h à 19h

Nouveau lieu d'exposition :
LA CHAUDRONNERIE - La Ciotat
www.lachaudronnerie-laciotat.com

Moteurs. À impulsion, à induction, à répulsion. Le moteur comme une réactivation de la mémoire collective. Celle des habitacles qui les abritaient, des voitures, des bateaux, des avions. A la Chaudronnerie, ce sont bien sûr les activités des chantiers navals qui surgissent devant nos yeux. La mémoire de l’activité, de l’agitation, des coulées d’huile, du brouhaha quotidien qui a laissé place au silence. Ces moteurs instaurent alors un nouveau rapport au temps, non plus celui de la vitesse et de la mise sous tension, mais celui du temps long et de l’écoulement mis en œuvre dans chacun de ces grands dessins où les moteurs, destinés à rugir et vrombir, deviennent, sous le pinceau de Pierre-Louis Albert un appel au rêve. Chaque pièce représentée avec un réalisme saisissant est mise à jour avec des choix de points de vue qui réinventent l’objet et le fragmentent. On peut alors couper le moteur.

Il devient un objet flottant et dérivant dans un espace inconnu, comme échappé d’un univers Steampunk hérité de la révolution industrielle qui, entre le monde de Jules Verne et celui des voitures en cuir roulant à la vapeur, crée un imaginaire utopique ou dystopique mettant en lien le progrès technologique et les activités humaines.

​Ces dessins, où le réalisme de chaque pièce nous donne à voir le travail des encres, transforment cet objet vecteur d’une énergie de laquelle dépend le mouvement, en un vaisseau ou un engin spatial. Loin des rugissements des moteurs glorifiés par les artistes Futuristes amoureux de la vitesse et du vrombissement, ces pièces mécaniques appellent au silence. Elles agissent comme la mémoire du mouvement, de l’énergie transformée et des hommes qui les ont activés. Des moteurs de bateaux, on perçoit les balancements, les creux des vagues, les jours de calme ou de tempête, des activités humaines. Les noms de chaque pièce qui les composent agissent comme des catalyseurs vers un autre monde : volant d’inertie, vilebrequin, courroie d’entrainement, arbre à cames.

Cette exposition met donc en lumière la dimension foncièrement ontologique de chaque tableau, de chaque moteur représenté. Si seul les hommes peuvent les activer, seul l’artiste Pierre-Louis Albert peut projeter ces moteurs tout autant dans le passé de la mémoire des activités humaines que dans la vision futuriste et imaginaire de leurs réactivations.

 

Audrey Ziane Quessada

Historienne de l’art

Pierre-Louis Albert
06 16 60 63 33
pieralb@gmail.com